À l’occasion des journée portes ouvertes de mon atelier en Juin 2016, le blog Femmes Références parle de mon travail.

Ce site propose au quotidien de nombreux articles pour vous guider dans vos envies shopping, mais pas que… Tests/Avis, Conseils Pratiques, Découvertes, Nouveautés, Tendances, Actualités, Évènements, vous retrouverez sur notre web-guide un condensé qualitatif d’informations sur tout ce qui touche à l’univers de la femme.

2016-05 - Site Femmes Références

Voici le texte:

Jérémie Baldocchi nous ouvre les portes de son atelier …

Les 11 et 12 juin prochain, l’artiste contemporain mondialement connu Jérémie Baldocchi dévoilera son atelier – et quelques unes de ses créations originales – au public parisien.

Je suis d’autant plus ravie d’évoquer cette exposition – incontournable pour ceux et celles qui comme moi apprécient l’art contemporain – que je viens d’apprendre que la dernière peinture de Jérémie Baldocchi, Évaporation d’éléphant, sera vendue aux enchères à Drouot – Rossini le 4 Juin prochain dès 14 heures.

Plus d’informations sur la vente aux enchères ici.

Mais qui est Jérémie Baldocchi ?

Son goût pour le kitch…

Né en Avril 1975 à Meaux, dans le 77, sa famille s’installe à Toulon alors qu’il n’a que 3 ans. C’est là qu’il fera la connaissance de « tata Joe » (sa nourrice) dont l’appartement sera à l’origine de sa passion pour le kitch.
« Un matin de 1979 ma mère découvre en ouvrant la porte de ma chambre, le sol, les murs et les meubles recouverts de feutre bleu.
Encore aujourd’hui, l’orange sa complémentaire, tient une place particulière dans la plupart de mes tableaux. » Jérémie Baldocchi

Personnages sans têtes aux corps difformes…

Jérémie « remonte » vers la capitale en 1986 et entre en septembre 1987 au lycée «Françoise Cabrini » à Noisy le Grand où il rencontrera des amies qui le suivent encore aujourd’hui. Parallèlement il s’inscrit en 1990 au cours du soir de l’IPMD (Institut professionnel des métiers de la décoration) et travaille la journée chez Mac Donald.
En 1991, année de ses 16 ans, apprenant que le professeur de Français pour qui il avait poussé ses études jusqu’au lycée, est tombé malade et ne reviendra donc plus, il met un terme à son cursus scolaire classique et s’inscrit pour l’année suivante à la section graphisme de l’Institut professionnel des métiers de la décoration.

Un soir de Mai 1992, un cours d’illustration va être déterminant pour la suite de sa carrière artistique …

A la suite d’un exercice donné par son professeur sur le thème de l’accident, ne sachant pas quelle tête apposer sur le corps de ses personnages, il décide tout simplement de ne pas en faire. Une « non-représentation » des têtes remarquée et applaudie par son professeur, qui marqua le début des corps sans tête des créations de Jérémie.

En Juin 1993 une opération due à un problème dentaire qui l’oblige à rester la bouche fermée lui fait perdre 40 kilos en seulement 2 mois, événement qui sera à l’origine de son obsession pour les déformations, distorsions, disproportions, anomalies et toutes autres difformités du corps

Cette même année Jérémie est victime de deux accidents graves : en tombant il se sectionne un des tendons de la main gauche et perd définitivement 50% de sensibilité de deux doigts. 6 mois plus tard, victime d’un accident de scooter (une voiture le percute de plein fouet), il perdra une partie de la sensibilité de ses genoux.

En sortant de l’école en 1995 Jérémie travaille pour des magazines (Parents magazine, Psychologie, Management .…) mais il travaille sous un autre nom, n’arrivant pas à faire imposer ses personnages « décapités ».

Les débuts de la gloire …

En 2000, première exposition à la Fnac, bien reçue par le public ce qui l’encourage à continuer.
En 2003 Jérémie installe son atelier dans la banlieue nord de Paris et commence son journal en images en prenant une photo par jour de ce qui se passe dans sa vie.
Les expositions s’enchaînent dans des galeries parisiennes (le Regard, la Hune Brenner, L’Art de Rien, la galerie Hype du Palais de Tokyo…) et puis Jérémie expose pour la première fois hors de France, à Madrid à la galerie « Espora »…
Après quoi, les expositions où ses œuvres sont récompensées de nombreux prix d’Art se multiplient …
Jérémie expose à Venise, à Rome, à Bruxelles, à Londres, à Seattle, à New York, en Floride où il obtient le 1er prix d’Art du Musée d’Art Contemporain de Floride (The Florida State University Museum of Fine Arts) avec sa peinture SUPERMAN, au Canada, à Taïwan ainsi qu’au Japon.

Jérémie a également publié deux livres

CORPS et ÂMES, publié en 2006 une collaboration avec son amie de toujours Aude Réant

« Nous faisons se rencontrer les mots et les images […]  Nous abordons dans ce livre des scènes de la vie quotidienne au travers de minutieux détails, aux couleurs de notre enfance et de petits plaisirs familiers.J’ai une réelle passion pour tout ce qui est « moche », ce que l’on appelle communément le kitch, toutes ces choses que certains adorent et que beaucoup d’autres détestent. Le fait que nos yeux ne reflètent pas à tous la même vision du monde me fascine, ce thème rejoint tout à fait l’obsession que j’ai pour les corps. » Jérémie Baldocchi.

Second livre paru aux éditions Psshit, Le Cahier que quand j’ai des Petits Plaisirs et des Petits Tracas je les écris dedans où Jérémie présente environ 40 peintures sur le thème des plaisirs infimes et des soucis qui ponctuent notre vie de tous les jours et, pour la première fois, une partie de ses fameuses photos du jour.

L’exposition parisienne des 11 et 12 juin 2016 …

C’est à son atelier situé au numéro 52 de la rue Ordener dans le 18ème arrondissement que Jérémie Baldocchi nous attend les 11 et 12 juin.

Je ne manquerais pour rien au monde cette occasion unique qui nous est donnée de rencontrer l’artiste en personne à l’endroit même où il crée.
Et vous vous viendrez?

Voir l'article ici  

Si vous aimez, partagez cet article:

Lien de cet article